Auteur(s) :

Denise ORANGE-RAVACHOL, Annie RIBAULT

Résumé :

A l’école primaire et au collège, l’enseignement de la classification du vivant se renouvelle, sous l’impulsion notamment des travaux de G. Lecointre (2002, 2004). Les enseignants se heurtent à la complexité des savoirs savants en matière de classification phylogénétique et questionnent la scientificité et la « justesse » des savoirs qu’ils enseignent. On est donc en droit de s’interroger sur la faisabilité d’un tel enseignement à l’école primaire et sur les conditions de l’appropriation de savoirs scientifiques par les jeunes élèves. L’article construit quelques repères pour l’enseignement des classifications à l’école. Il montre en quoi les classifications biologiques peuvent être comprises comme des savoirs scientifiques problématisés et met en question certaines propositions pédagogiques qui conduisent trop directement les élèves vers la « bonne » classification.