Auteur(s) :

Bachir KESKESSA, Marie-Jeanne PERRIN-GLORIAN, Jean-Robert DELPLACE

Résumé :

Les auteurs reprennent, à la suite d’un précédent article publié par des membres de leur équipe dans le numéro 76 de Grand N (Duval R. et Godin M., 2005), la problématique d’acquisition d’une mobilité du regard entre deux visions d’une figure en géométrie plane, l’une en termes de surfaces, l’autre en termes de lignes et de points. Ils proposent et analysent une démarche qui permet d’engendrer des situations de résolution de problèmes en géométrie pour la classe, au niveau du cycle 3 de l’école, et qui favorise chez les élèves le passage entre ces deux visions d’une figure. Pour favoriser la prise en main de ces situations par les enseignants, ils analysent plus particulièrement les variables des situations qui sont pertinentes relativement à l'objectif visé et déclinent, selon les valeurs de ces variables, des niveaux de difficulté à prendre en compte dans l’analyse d’une figure en géométrie plane et son obtention par les élèves.